Les oisillons tombés du nid

LES OISILLONS TROUVES AU SOL
Avec l’arrivée du printemps, de nombreux oisillons peuvent se retrouver au sol. Ils ne sont pas abandonnés et il est souvent préférable, voire indispensable, de les laisser sur place. Leurs parents se trouvent généralement à proximité même si on ne les voit pas.

Voici quelques conseils pour les aider à survivre dans leur milieu naturel.

Les oisillons sont rarement orphelins !
Chaque année, à partir du mois d’avril et jusque fin septembre, les nichées de jeunes oiseaux commencent à mettre le bec dehors. Pour un oisillon, tomber du nid fait partie des aléas de la vie d’oiseau ! Il n’est pas rare qu’un petit téméraire s’aventure rapidement hors du nid. Les jeunes de plusieurs espèces, telles que les chouettes, les grives, les merles ou les canards colverts quittent régulièrement le nid sans savoir voler, en essayant de suivre leurs parents partis chercher de la nourriture. Ils atterrissent alors au sol où nous sommes susceptibles de les trouver. Parce qu’ils poussent de petits cris plaintifs, on peut croire qu’ils ont été abandonnés. En réalité, les parents se trouvent la plupart du temps aux alentours.

Laisser l’oisillon sur son lieu de découverte
De manière générale, il est préférable, voire indispensable, de laisser un oisillon tombé du nid là où il a été trouvé. Il vaut mieux laisser faire ses parents, qui le nourriront et le guideront à quelques jours de son premier envol. Par contre, si l’oisillon se trouve en un lieu particulièrement exposé et qu’il existe un risque avéré comme la proximité d’une route ou d’un chat à l’affût, il est souhaitable de le mettre en sûreté, en hauteur (sur une branche, un muret ou un buisson) et à proximité de l’endroit où il a été recueilli. Les oisillons en duvet ou peu emplumés, tombés du nid bien trop tôt, doivent être replacés délicatement dans leur nid si c’est possible et si ce dernier est intact.
Si l’oiseau est blessé, afin d’éviter tout geste irréparable, il vaut mieux contacter la LPO (pour le Finistère, Faune sauvage en détresse, 06.62.15.39.43).
Après l’avoir recueilli, il devra être acheminé vers un centre habilité : la plupart des oisillons sauvages sont intégralement protégés par la loi et leur détention est rigoureusement interdite.

Quelques astuces pour faciliter la nidification des oiseaux
La saison de nidification dure environ de mars à août. Pour éviter de perturber les oiseaux pendant cette période sensible, quelques conseils simples peuvent être suivis :

Ne pas tailler les haies et les arbres : cela pourrait déranger les couples en cours d’installation et porter atteinte aux nids, aux œufs ou aux poussins. Reporter ces travaux à l’automne suivant.

Observer son jardin et surveiller ses aménagements : par exemple, penser à vérifier régulièrement les nichoirs en bois (fixation, bonne tenue), lesquels peuvent être fragilisés par les aléas climatiques et causer ainsi des accidents.

Si votre jardin ne dispose pas de lieux propices à accueillir des nids, le mieux est d’installer des nichoirs, adaptés aux espèces que vous souhaitez héberger. Les allées et venues du couple pour la création du nid, puis pour nourrir la couvée, et enfin, l’envol des jeunes est un spectacle quotidien dont on ne se lasse pas !

Obturer les cavités pièges : de nombreuses espèces qui cherchent des cavités pour nicher peuvent pénétrer ou tomber dans des cheminées ou des gouttières sans pouvoir en ressortir seules. Elles sont alors condamnées à mourir de faim ou d’épuisement… Pour éviter cela, l’accès à ces ouvertures peut être facilement obturé grâce à des grillages! Si vous avez des poteaux dans votre jardin (par exemple, pour tenir un grillage), veillez à les obstruer ; une petite pierre fera très bien l’affaire.